A propos

Peintre autodidacte, Corinne Pirault a peint sa 1ère œuvre en 2015 au Nicaragua chez Jean-Marc Calvet, son ami peintre qui l'a encouragée à poursuivre dans cette voie. 

 

Ses principales influences lui viennent de Niki de Saint Phale, Frida Kahlo. Elle a depuis toujours été très inspirée par les œuvres murales mexicaines[1], guatémaltèques[2], la peinture caribéenne, les peintres haïtiens[3], et congolais[4]. Comme eux, elle s'appuie sur des couleurs vives, joyeuses et pétillantes pour apaiser les scènes qu'elle peint et pour amener à la réflexion et à l’échange.

 

En 2019, elle participe à une vente caritative en faveur du peuple du Nicaragua à Miami, organisée par Paz Nicaragua Fondation. 

 

En 2020, elle participe à deux expositions organisées par Gurubu Garage 77 – Exposition collective internationale "OXYGÈNE" (120 Artistes – Rome) et à la Biennale di Arte Contemporanea "Eviction" (Exposition collective – Rome). Ces événements lui ont permis pour la première fois de travailler sur des thématiques imposées, d'exposer à nouveau en dehors de la France et de rencontrer le public italien. 

 

En 2021, Corinne Pirault est de nouveau exposée au sein du collectif "La Marianne des Collines" à Saint Vallier dans la Drôme. Une exposition collective de 100 affiches peintes, dont le point commun était de réinterpréter l'œuvre réalisée par Audigane Mca Peintresse. Cette exposition sera itinérante dans toute la France jusqu'en 2024 et en Europe. 

Elle expose solo, à la Galerie d'Oc à Lespignan, une galerie ouverte aux artistes émergents dont l'écriture picturale est joyeuse, où elle trouve l'occasion de présenter une rétrospective de ses œuvres, tout en lui permettant de dévoiler l'évolution de son travail. 

 

En 2022, de nombreux événements lui permettent d'exposer son travail, d'Art Capital et à la Biennale Art Singulier et Art Innovant Drôme-Isère, les parapluies de Carpentras, ...  .

 

En 2023, Corinne Pirault souhaite multiplier ses projets d'exposition dans sa nouvelle région, au plan national et international. Elle souhaite développer des partenariats avec des entreprises, renforcer ses interventions dans les groupes scolaires pour donner l'envie aux enfants de peindre, de partager son univers. Elle souhaite à travers ces ateliers transmettre aux générations futures toutes ses préoccupations en matière de société, consommation, d'écologie… Elle désire également renforcer son engagement dans la défense du monde marin dans ses œuvres. 

 

[1] Diego Rivera, José Clemente Orozco et David Alfaro Siqueiros

[2] Les peintures murales de San Juan La Laguna

[3] Prefete Duffaut - Hector Hyppolite - Philippe Auguste

[4] Moké – Pierre Bodo – Chéri Samba